Des outils pour dire STOP! au Harcèlement scolaire

Des outils pour dire STOP! au Harcèlement scolaire

Le 7 novembre, c’est la Journée nationale de lutte contre le Harcèlement scolaire. C’est d’ailleurs le sujet de la Chronique Buissonnière #5. Comme pour les écrans, tout le monde est bien d’accord pour dire Stop!… sans pour autant vraiment savoir comment faire. Je vous propose donc de découvrir quelques outils et ressources de prévention et de lutte contre le harcèlement à l’école.

Le Harcèlement, on en parle !

Dès la maternelle, on peut parler du harcèlement à nos enfants. Je vais te faire une confidence : je n’y avais pas vraiment pensé auparavant ! Pourtant, j’ai, comme bon nombre de parents, imaginé mes enfants pleurant dans un coin de la cour de récréation, victimes de la violence de leurs camarades. Mais jamais je n’avais pensé à parler de cela, gardant cette peur pour moi. L’occasion s’est finalement présentée, grâce à la Chronique Buissonnière, justement!
Qu’est-ce que le harcèlement, que ressent-on quand on le subit, comment réagir si on est témoin ou victime de ce genre de violence… Tous ces sujets sont intéressants à aborder, et l’on est souvent étonné(e) de la maturité de nos enfants sur ces questions ! L’avantage certain à en parler sans raison particulière, c’est qu’on n’est pas sous le coup d’émotions violentes. De ce fait, on aborde ces questions dans une simple conversation, sans pression. Un conseil : laissez parler vos enfants, posez-leur des questions sur la façon dont ils réagiraient. Soyez à l’écoute sans chercher à être dans la leçon, et soyez pas patient(e)! Certaines réflexions mettent en effet du temps à émerger !

Si tu avais un problème, à qui pourrais-tu en parler à l’école?

Si on propose à notre enfant de réfléchir à cela alors qu’il n’a pas de problème, il y a fort à parier qu’il aura davantage le réflexe de se tourner directement vers cette personne en cas de souci !

Les émotions, encore et toujours !

Empathie, gestion de la colère et de la frustration, expression de ses besoins… A l’heure où les Neurosciences Affectives et Sociales (NAS) montrent l’importance des compétences socio-émotionnelles. Or, elles sont encore bien trop peu enseignées, aux enfants… comme aux adultes d’ailleurs ! Pourtant, c’est bien dommage, car une bonne acquisition de ces notions dès le plus jeune âge représente une excellente prévention aux violences et au harcèlement !

Le Jeu des 3 figures de Serge Tisseron

Serge Tisseron a créé le jeu des 3 figures afin de proposer aux enfants de théâtraliser des scènes de violence qui les ont marqués (vécues ou pas : ce peuvent être des images choquantes vues à la télévision). Lors de cette activité très codifiée, les enfants sont amenés à s’exprimer, puis à jouer chacune des trois figures : la victime, le bourreau et le redresseur de torts. C’est une façon de les amener à se mettre à la place de chacun. Ainsi, cela leur permet de cultiver l’empathie tout en cherchant des solutions.
Plus de renseignements, par ici.

L’éducation à l’intelligence émotionnelle

On parle encore trop peu de l’intelligence émotionnelle. Pourtant, cette compétence devrait être enseignée à l’école, comme à la maison ! En tout cas, avec EduSens, c’est un des buts que je poursuis ! Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous renseigner !

Apprendre à se défendre

Au cours d’une de nos discussions avec nos enfants sur le harcèlement, on peut réfléchir ensemble sur les meilleurs moyens de se défendre. Voici une ou deux idées, proposées par Florence Millot, psychologue spécialisée. Le principe est toujours le même : on soigne sa répartie !

Le miroir

Technique n°1 : on déstabilise l’adversaire en rebondissant sur ses attaques. A « Il est trop moche ton pull! » on peut répondre « Ah bon, tu trouves ? Qu’est-ce qui ne te plait pas dans mon pull? »

Le bouclier

Technique n°2 : on laisse les autres penser ce qu’ils veulent, tout en affirmant ses choix. « Tu as le droit de ne pas aimer mon pull, mais moi, je l’aime bien ! »

La méthode Pikas

Cette méthode, utilisée dans plusieurs pays, a été mise au point par le psychologue Anatol Pikas. Les élèves ayant pris part au harcèlement sont reçus lors de plusieurs entretiens individuels, pendant ils sont amenés à réfléchir à ce qu’ils pourraient mettre en oeuvre pour que le harcèlement cesse. En isolant les coupables dans des entretiens séparés, Pikas supprime l’effet de groupe à l’origine du harcèlement.
Bien que les travaux de Pikas ne soient pas traduits en Français, les professionnels de l’éducation peuvent se former à sa méthode grâce à l’APHEE (Association pour la Prévention des phénomènes de Harcèlement Entre Elèves)

Contre le Harcèlement scolaire : un site et des numéros verts

Le gouvernement propose un site spécialement dédié à la lutte contre le harcèlement scolaire. Que l’on soit professionnel, parent, victime, témoin, ou même harceleur(euse), on peut y trouver des pistes et des ressources, notamment des films de prévention.
Pour consulter le site, c’est par ici.

Il existe également deux numéros verts :
N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)
Si le harcèlement a lieu sur internet :
N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000
Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire